18/07/08

lexique techniques

voici un tableau des techniques avec leurs traductions ainsi qu'un lien cliquable pour accéder à ces techniques


                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 
 

ASHI GATAME JIME

 
 

Etranglement avec l’aide d’une jambe

 
 

ashi gatame
 

ASHI GURUMA

 
 

Enroulement autour de la jambe

 


ashi guruma 
 

DE ASHI BARAI

 
 

Balayage du pied avancé

 
 

de ashi barai
 

GYAKU JIME

 
 

Etranglement croisé facial

 
 

gyaku jime 
 

HANE GOSHI

 
 

Hanche percutée, sautée

 
 

hane goshi 
 

HARAI GOSHI

 
 

Hanche fauchée

 
 

 harai goshi

 
 

HIZA GURUMA

 
 

Enroulement autour du genou

 


hiza guruma 
 

HARAI TSURI KOMI   ASHI

 
 

Balayage du pied en fauchant

 
 

harai tsuri komi ashi 
 

HIZA GATAME

 
 

Clé au coude avec le genou

 
 

 hiza gatame

 
 

HARA GATAME

 
 

Clé au coude avec le ventre

 
 

 hara gatame

 
 

HADAKA JIME

 
 

Etranglement à main nue

 
 

hadaka jime 
 

HON GESA GATAME

 
 

Contrôle par le travers du corps

 
 

hon gesa gatame
 

HIKIKOMI GAESHI

 
 

Renversement en tirant

 
 

hikikomi gaeshi
 

IRIMI NAGE

 
 

Projection en entrant

 
 

irimi nage 
 

IPPON SEOI NAGE

 
 

Projection par une épaule

 
 

ippon seoi nage 
 

KANNUKI GATAME

 
 

  Contrôle en barrière

 


kannuki gatame 
 

KO UCHI GAESHI

 
 

Projection en contre d'une attaque en Ko uchi gari.

 


ko uchi gaeshi
 

KUCHIKI DAOSHI

 
 

« abattre l’arbre mort » renversement arrière   avec les mains

 
 

kuchiki daoshi
 

KANI BASAMI

 
 

Renversement par ciseaux

 
 

kani basami 

 
 

KOSHI GURUMA

 
 

Enroulement sur la hanche

 
 

koshi guruma
 

KATA GURUMA

 
 

Enroulement autour des épaules

 


kata guruma
 

KO UCHI GARI

 
 

Petit fauchage intérieur

 
 

 ko uchi gari

 
 

KO SOTO GARI

 
 

Petit fauchage extérieur

 
 
ko soto gari
 

KO SOTO GAKE

 
 

Petit accrochage extérieur

 
 

 ko soto gake

 
 

KATA GATAME

 
 

Contrôle par l’épaule et la tête

 
 

kata gatame
 

KAMI SHIHO GATAME

 
 

Contrôle arrière sternal par-dessus

 


kami shiho gatame 
 

KATA HA JIME

 
 

Etranglement arrière

 
 

 kata ha jime

 
 

KIBISU GAESHI

 
 

Renversement de l’énergie.

 


kibisu gaeshi
 
 

MOROTE GARI

 
 

Fauchage des jambes à 2 mains

 
 

morote gari 
 

MOROTE SEOI NAGE

 
 

Projection d’épaule à deux mains

 
 

morote seoi nage
 
 

MOROTE JIME

 
 

Etranglement à deux mains

 
 

morote jime
 
 

MAKURA GESA GATAME

 
 

Contrôle par le travers en oreiller

 
 

makura gesa gatame
 
 

O GURUMA

 
 

Grand enroulement

 
 

o guruma 
 

OBI O TOSHI

 
 

Projection par la   ceinture.

 
 

obi otoshi
 
 

O GOSHI

 
 

Grande bascule de hanche

 
 

o goshi 
 

O UCHI GARI

 
 

Grand fauchage intérieur

 
 

o uchi gari 
 

O SOTO GARI

 
 

Grand fauchage extérieur

 
 

o soto gari 
 

OKURI ASHI BARAI

 
 

Balayage des deux jambes du même côté

 
 

okuri ashi barai 
 

O SOTO OTOSHI

 
 

grand renversement extérieur

 
 

 

 
 

SUKUI NAGE

 
 

Projection en cuillère

 
 

sukui nage
 

O UCHI GAESHI

 
 

grand fauchage intérieur

 
 

 o uchi gaeshi

 
 

SASAE TSURI KOMI   ASHI

 
 

Blocage du pied en soulevant et en tirant, en pêchant

 
 

sasae tsuri komi ashi

 

 
 

SUTEMI

 
 

Action faite en sacrifice

 
 

les sutemis 
 

SANKAKU JIME

 
 

Etranglement par les deux jambes

 
 

sankaku jime
 

TAWARE GAESHI

 
 

Technique de contre utilisée face à morote gari

 
 

taware gaeshi 
 

TSURI KOMI GOSHI

 
 

Projection de hanche en tirant et en soulevant, pêchée

 
 

tsuri komi goshi
 

TE GURUMA

 
 

Enroulement par les mains

 
 

te guruma 
 

TAI O TOSHI

 
 

Renversement du corps (barrage)

 


tai otoshi 
 

TATE SHIHO GATAME

 
 

Contrôle à cheval par les quatre points

 
 

tate shiho gatame
 
 

UTSURI GOSHI

 
 

Contre de hanche avant

 
 

utsuri goshi
 

USHIRO GOSHI

 
 

Ushiro-goshi est un   contre de hanche arrière

 
 

ushiro goshi 
 

UKI GOSHI

 
 

Hanche flottée, projection flottante de la hanche

 
 

uki goshi 
 

UCHI MATA

 
 

Fauchage par l’intérieur de la cuisse

 
 

 uchi mata

 

UDE GARAMI

 
 

Enchevêtrement de bras/coude

 
 

ude garami

 

 
 

UDE GATAME

 
 

Clé au coude avec le bras

 
 

ude gatame
 
 

WAKI GATAME

 
 

Contrôle par l’aisselle, clé de coude avec l’aisselle

 
 

waki gatame 
 

YOKO GAKE

 
 

Accrochage de côté

 
 

yoko gake

 

 
 

YOKO SHIHO GATAME

 
 

Contrôle latéro-sternal

 


yoko shiho gatame
 

YAMA ARASHI

 
 

 

 
yama arashi

Posté par osotogari à 15:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


lexique judo

Lexique


                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                           
 

AGE

 
 

Lever, remonter

 
 

AGE TSUKI

 
 

Coup de poing en remontant

 
 

ASHI

 
 

Pied, jambe, déplacement

 
 

ASHI WAZA

 
 

Technique de pied

 
 

ATAMA

 
 

Tête

 
 

ATE WAZA

 
 

Technique d’attaque des points vitaux

 
 

ANZA

 
 

Position assis en tailleur

 
 

ATEMI

 
 

Coup frappé au moyen d’une partie du corps

 
 

AYUMI  ASHI

 
 

Marche normale

 
 

BARAI, HARAI

 
 

Balayage

 
 

BASAMI

 
 

Ciseaux

 
 

BUDO

 
 

Voie de l’art martial

 
 

BUSHIDO

 
 

Code d’honneur des samouraïs

 
 

CHUDAN

 
 

Niveau moyen (plexus)

 
 

CHUI

 
 

Arbitrage : pénalité

 
 

DASHI

 
 

Position

 
 

DAN

 
 

Degrés dans la ceinture noire,grade supérieur

 
 

DE

 
 

Avancé

 
 

DO

 
 

Voie spirituelle

 
 

DORI

 
 

Saisie, prendre

 
 

EMPI

 
 

Coude

 
 

ERI

 
 

Revers

 
 

FUDO DACHI

 
 

Position de combat, poids du corps réparti sur les deux   jambes

 
 

FUMI KOMI GERI

 
 

Coup de pied bas latéral avec le tranchant externe du pied

 
 

GANMEN TSUKI

 
 

Coup de poing fouetté du bras avant

 
 

GARAMI

 
 

Enrouler, nouer

 
 

GATAME

 
 

Contrôle

 
 

GAKE

 
 

Accrochage

 
 

GAESHI

 
 

Torsion, renverser, retourner, le contre

 
 

GEDAN

 
 

Niveau bas

 
 

GEDAN BARAI

 
 

Blocage bas avec l’avant bras, de l’intérieur vers l’extérieur

 
 

GERI

 
 

Attaque de jambe

 
 

GEDAN GERI

 
 

Coup de pied bas avec le tranchant interne du pied

 
 

GEIKO

 
 

Exercice d’entraînement

 
 

GO NO SEN

 
 

Attaque immédiatement après l’attaque de l’adversaire

 
 

GOSHI OU KOSHI

 
 

Hanche

 
 

GOSHIN

 
 

Défense

 
 

GYAKU

 
 

Contraire, inverse

 
 

HAISHU

 
 

Dos de la main

 
 

HAISOKU

 
 

Le dessus du pied

 
 

HANE

 
 

Sauter, bondir

 
 

HARA

 
 

Ventre

 
 

HEISOKU

 
 

Dessus du pied

 
 

HIDARI

 
 

gauche

 
 

HIJI

 
 

Coude

 
 

HIKI

 
 

Entrer

 
 

HINERI

 
 

En tordant

 
 

HISHIGI

 
 

Luxation

 
 

HIZA

 
 

Genou

 
 

IDORI

 
 

Technique assis

 
 

IKOMI

 
 

Technique d’amenée au sol

 
 

INERI

 
 

poignet

 
 

IRIMI

 
 

Action d’entrer dans l’attaque

 
 

ISHIGI

 
 

Luxation, hyper extension du coude

 
 

ITTSUI

 
 

Genou

 
 

JIME OU SHIME

 
 

Etranglement

 
 

JIGO TAI

 
 

Position défensive

 
 

JUJI

 
 

En croix

 
 

KAESHI OU GAESHI

 
 

Torsion, renverser

 
 

KAKATO, KAGATO

 
 

Talon

 
 

KAKATO GERI

 
 

Coup avec le talon

 
 

KANSETSU

 
 

Clé de bras pour luxation

 
 

KEKOMI

 
 

Forme pénétrante

 
 

KESA

 
 

Revers, travers

 
 

KOTE

 
 

Poignet

 
 

KUBI

 
 

Coup

 
 

KUMI

 
 

Saisie

 
 

KUMI KATA

 
 

Prise du judogi

 
 

KUZURE

 
 

Variante

 
 

MAKI KOMI

 
 

Entrée en enroulement

 
 

MATA

 
 

Intérieur de la cuisse

 
 

MUNE

 
 

Poitrine

 
 

MOROTE

 
 

A deux mains

 
 

NAGE

 
 

Projeter

 
 

NE WAZA

 
 

Technique au sol

 
 

OBI

 
 

Ceinture

pour savoir nouer sa ceinture, clic là :

ceinture

 

OBI TORI

 
 

Prise de la ceinture

 
 

OKURI

 
 

Les deux, glisser

 
 

OSAE

 
 

Maintien, prise

 
 

OTOSHI

 
 

Vaciller, tomber

 
 

RANDORI

 
 

Exercice libre

 
 

RYOTE

 
 

Double

 
 

RYOTE DORI

 
 

Saisie des deux poignets

 
 

SABAKI

 
 

Déplacement

 
 

SANKAKU

 
 

En triangle

 
 

SEN NO SEN

 
 

Anticiper l’action de l’adversaire

 
 

SHIO

 
 

Quatre directions

 
 

SODE

 
 

Manche

 
 

TACHI

 
 

Debout

 
 

TACHI

 
 

Victoire

 
 

TANTO

 
 

Poignard

 
 

TATAMI

 
 

Surface d’entraînement, tapis

 
 

TEISHO

 
 

Paume de la main

 
 

TOMOE

 
 

Cercle

 
 

TSUKOMI

 
 

Pousser

 
 

TSURI

 
 

Soulever, pêcher

 
 

UDE

 
 

Bras ou coude

 
 

UKE

 
 

Celui qui subit ou chute

 
 

UTSURI

 
 

En déplacement

 
 

WAKI

 
 

Aisselle

 
 

WAZA

 
 

Technique ou travail

 
 

YOKO

 
 

De côté ou latéral

 
 

YURI

 
 

Glissé

 


Vocabulaire de compétition
 

                                                                                                                                               
 

NOMS   JAPONAIS


 

NOMS FRANÇAIS

 

 

 
 

 

 
 

IPPON

 
 

10 points (victoire)

 
 

 

is

 
 

WAZA-ARI

 
 

7 points (fois 2 = victoire)

 
 

 

waza

 
 

YUKO

 
 

5 points (non cumulable)

 
 

 

yuko

 


KOKA
 

3 points (non cumulable)

 
 

 

koka

 
 

SHIDO

 
 

Pénalités

 
 

 

shido

 
 

HANSOKU-MAKE

 
 

Disqualification

 
 

 

 
 

REI

 
 

Saluez

 
 

 

 
 

HAJIME

 
 

Commencez

 
 

 


 
 

MATTE

 
 

Arrêtez

 
 

 

mate

 
 

JIKAN

 
 

Temps

 
 

 

 
 

SONO-MAMA

 
 

Ne bougez plus

 
 

 

 
 

YOSHI

 
 

Allez-y

 
yoshi

 

 
 

OSAE-KOMI

 
 

Immobilisation

 
 

 

osaekomi

 
 

TOKETA

 
 

Fin d’immobilisation

 
 

 

toketa

 
 

HANTEI

 
 

Décision

 
 

 

 
 

SORE-MADE

 
 

Terminé

 
 

 

 
 

HIKIWAKE

 
 

Match nul

 
 

 

hikiwake

 
 

FUZEN-GACHI

 
 

Victoire ou forfait

 
 

 

 
 

KIKEN-GACHI

 
 

Victoire par abandon

 
 

 

 
 

KINSA

 
 

Supériorité

 
 

 

 
 

SOGO-GACHI

 
 

Victoire par combinaison

 
 

 

 
 

WAZA-ARI-AWAZATE-IPPON

 
 

2 waza-ari donne ippon

 
 

 

awasete

 
 

YUSHEI-GACHI

 
 

Victoire par supériorité

 
 

 

 

Posté par osotogari à 11:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

jujitsu en europe


 

LES PRECURSEURS DU JU-JITSU EN EUROPE


Le Capitaine britannique HUGUES s'inscrit au KODOKAN de TOKYO.

En Grande-Bretagne, plusieurs professeurs japonais ouvrent des DOJO au début du siècle. Parmi eux, le célèbre YOKIO TANI, lui-même professeur au Club de l'école Japonaise d'Oxford Street à Londres.
Deux français, Jean-Joseph RENAUD et Guy de MONTGRILHARD dit RE-NIE s'inscrivent à ces cours. Le premier DOJO s'ouvre à Paris, rue de Ponthieu en 1904.

RE-NIE écrasa le célèbre lutteur Georges DUBOIS, le 26 Octobre 1905, au cours d'un match défi. Georges DUBOIS bien que beaucoup plus lourd et mieux préparé physiquement que Guy de MONTGRILHARD, sera bloqué au sol et abandonnera sur une clé de bras. Selon le rapport des connaissances de l'époque et du degré d'entraînement, le niveau technique de RE-NIE correspondait à celui d'une ceinture marron. En 1908, l'enseigne de vaisseau LE PRIEUR sera la premier français à étudier le JUDO et le JU -JITSU au Japon. Malheureusement, à son retour en France, faute de partenaire valable, il abandonnera peu à peu les arts martiaux.

Pour la petite histoire, LE PRIEUR inventa par la suite les bouteilles d'oxygène pour la plongée sous marine. En 1906, l'allemand Eric RAHN ouvre à Berlin la première école de JU- JITSU.

Encore en Angleterre, ALLAN SMITH fût le premier européen gradé ceinture noire.En 1924, K. ISHIGURO et A. AIDA, tous les deux 5ème dan, enseignent le JU-JITSU au Sporting Club de Paris.

Le célèbre peintre japonais FUJITA, ceinture marron, grade obtenu à Tokyo aide K. ISHIGURO à développer sa discipline.

Un scientifique MOSHE FELDENKRAIS, britannique d'origine israélite créa le premier DOJO officiel : le JIU-JITSU club de France aidé en cela par Monsieur et Madame JOLIOT -CURIE. En septembre 1933, Le maître JIGORO KANO et son assistant SHUIDI NAGAOKA qui deviendra plus tard 10ème dan participent au Championnat de France à une série de démonstrations et de conférences. Ils font connaissance de M. FELDENKRAIS.
Maître KANO préface le premier ouvrage officiel écrit en Français sur le JU-JITSU:" Manuel Pratique du JIU-JITSU".

Voici un bref extrait de ce livre très intéressant :

"le JU-JITSU est une méthode d'éducation physique par excellence mais aussi une école morale, inspirée par la supériorité et la précision des méthodes sportives japonaises. Le JU-JITSU combat la force brutale par les lois de la mécanique rationnelle, opposant la technique à la force sauvage par sa méthode logique basée sur le minimum d'effort pour un maximum d'efficacité."

Puis M. FELDENKRAIS fait venir le 1er octobre 1935 un 5éme dan japonais, MIKINOSUKE KAWAISHI. Son arrivée allait donner le véritable essor du JUDO et du JU-JITSU européens. Maître KAWAISHI excellent pédagogue crée une méthode personnelle de JU-JITSU qui se répand à travers l'Europe.

Notons le travail remarquable assuré en parallèle par le Maître japonais GUNSI KOIZUMI en Angleterre.

En 1957, JIM ALCHEIK, de retour du Japon où il passa plusieurs années chez Maître MINORU MOCHIZUKI, crée la Fédération Française de TAI JITSU (l'auteur deviendra le premier titulaire de la Commission Nationale en 1959 - Voir Historique du Nihon Tai-jitsu et de Roland Hernaez).

Posté par osotogari à 00:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

histoire du judo

images

histoire du judo et du jujitsu


Les origines du Judo


Au VIe  siècle, une légende raconte l'histoire d'un vieux médecin japonais qui se promenant dans les campagnes enneigées, observa que, sous le poids de la neige accumulée, certaines branches des arbres cassaient, alors que les plus minces étant flexibles pliaient sous le fardeau pour s'en  décharger. Ce médecin comprit l'intérêt que l'on pouvait tirer de  cette "non-résistance" et trouva le principe fondamental du jiu-jutsu, céder pour vaincre.      

A l'époque de la féodalité japonaise, il existait une grande variété d'écoles       enseignant le combat sans armes. Ces écoles gardaient leurs méthodes et    leurs prises secrètes, consistant la plupart dans l'art d'attaquer les  points vitaux du corps par des coups frappés de la main ou des doigts,  d'autres projetaient les adversaires au sol ou encore brisaient les membres. Ces méthodes de combat s'appelaient alors jiu-jutsu, toride, tai-jutsu, yawara,...

Vers le XVIIIe   siècle, ces différents systèmes d'attaque et de défense furent     groupés sous le seul nom de jiu-jutsu. L'introduction au Japon des armes à feu porta un coup à ces écoles. Le jiu-jutsu tomba en décadence, le nombre des pratiquants diminua, à tel point que plusieurs écoles  fermèrent leur portes, faute d'élèves.


"Les katas sont l’éthique du Judo. Dans ceux-ci se trouve l’esprit du judo, sans lequel il est impossible d’apercevoir le but".

JIGORO KANO

images



"Les arts martiaux appartiennent à chaque peuple et chacun l'enrichit de son expérience"


      

     Jigoro Kano


En 1860, naquit Jigoro Kano, qui fut le fondateur du judo actuel.

Dans sa jeunesse, Jigoro Kano, déplorant sa faible constitution, décida d'entraîner parallèlement son esprit et son corps. Alors âgé de 20 ans, élève de l'Université impériale de Tokyo, il eut son premier contact avec le jiu-jutsu. Il s'entraîna sous la direction du professeur Fuduka, puis successivement avec d'autres maîtres. Cette activité fut profitable à son corps à tel point qu'il devint un jeune homme très vigoureux. Maître Kano étudia ainsi toutes les formes de combat sans armes. Il remarqua que ces méthodes, bien que souvent différentes par les moyens employés, visaient toutes au même but et se basaient sur le même principe : "Se servir au maximum de son énergie physique et mentale pour atteindre un but défini". Il composa alors une méthode de combat   faite des meilleures prises de chaque école, supprima les plus dangereuses et celles néfastes au développement harmonieux du corps et y ajouta des techniques personnelles, fruit de son travail incessant. Il illustra et différencia sa méthode de l'ancienne en insistant sur le  fait que la valeur du principe n'était pas seulement valable pour le  combat mais qu'il devait l'être pour la vie de chaque jour.

Le Maître Kano donna à son système le nom de judo qui, par la signification même du mot, marqua la différence avec le jiu-jutsu. Tous deux formés du mot japonais jiu ou ju, se traduisant par céder ou souplesse ; jiutsu voulant dire art ou pratique, et do, "la voie" dans le sens de la méthode ou du principe.

      

      

Jigoro Kano (1860-1938)

      

    Le judo n'était donc plus uniquement un art de combattre mais aussi une doctrine applicable au corps comme à l'esprit. Le judo devint alors un véritable   sport, donnant à ses adeptes le moyen de s'entraîner sous une forme se  rapprochant le plus d'un combat réel; contrairement au jiu-jutsu qui était uniquement une répétition de prises et coups, chacun des partenaires sachant à l'avance la façon d'attaquer et de se défendre.

      

    Le jiu-jutsu ne permettait pas de pratique la compétition.

 

     Le Maître Jigoro Kano fonda, en 1882, à Tokyo, une école pour ce sport. Il lui donna le   nom de Kodokan et y enseigna le judo tel qu'il l'avait conçu. Après beaucoup d'efforts, il supprima presque complètement le nom de jiu-jutsu  et les différentes écoles se rallièrent à son enseignement. De nombreux professeurs furent formés à cette école et le Japon, le monde  entier par après, connurent les bienfaits du Judo.


 

     Arrivé du  Judo en Europe


Le jiu-jutsu fut pratiqué dans plusieurs pays d'Europe aux environs de 1900. En France, il fait son apparition en 1904, et la presse sportive fait un éloge de cet art mystérieux qui consiste à combattre et à vaincre la force brutale. A ce moment, plusieurs professeurs japonais donnaient des cours de jiu-jitsu à Londres. Au mois d'août 1905, une école japonaise de jiu-jitsu est fondée à Paris. Le professeur de culture physique Edmond Desbonnet en est le principal admirateur. Le japonais Miyakie, venu de Londres, enseigne dans cette école une méthode se self-défenseself-défense se rapprochant déjà du judo. En Belgique, une première démonstration est donnée à Gand par des instructeurs de Paris.

             

     Pourtant, malgré bien des efforts, le judo ne parvenait pas à se frayer un chemin parmi les autres sports de combat. Le succès du judo dépendant de son enseignement, notre esprit occidental ne pouvait s'adapter à la méthode d'origine.

 

Les termes  japonais, souvent compliqués à retenir, la classification des       mouvements, contraire à nos principes, ne pouvaient nullement encourager les débutants à poursuivre leurs entraînement.

      

     Mikinosuke   Kawaishi

En 1936 arrivait à Paris un jeune étudiant japonais, M. Kawashi, 4e Dan du Kodokan. Il fonda un club qui s'organisa  doucement et chercha à en fonder d'autres en France.

      

      

Mikinosuke Kawaishi (1899-1969)

      

    Il ne rencontra aucun succès puisque, en 1941, il n'y avait encore que quatre clubs en France. Au cours de ses nombreux voyages dans divers pays, le Maître Kawaishi put constater que le judo que l'on enseignait ne s'adaptait pas au milieu et semblait dépaysé, nulle part, le Judo ne rencontrait le succès auquel il avait droit.

      

     Son expérience en Europe lui donna l'idée de créer une méthode d'enseignement répondant aux nécessités du milieu. Cette méthode, destinée aux européens, est   contenue et enseignée dans plusieurs pays sous le nom de "Méthode Kawaishi". Il n'y a pourtant aucunes différences fondamentale avec le Judo pratiqué au Japon, le maître Kawaishi étant lui-même gradé 7e Dan du Kodokan.

      

   Les seules différences ont pour but de faciliter l'entraînement des débutants. En supprimant   l'obligation d'apprendre les noms japonais de chaque prise, en classant les mouvement par catégorie pour mieux les retenir, le Maître Kawaishi permit à des milliers d'adeptes de connaître les joies saines du Judo.



      

Méthode Kawaishi


      

 La méthode de  Judo mise au point par Maître Kawaishi divise les techniques de Judo en  deux parties fondamentales : Technique du Judo debout et Technique du Judo au sol

      

      1) Technique  du Judo debout

      

             Les techniques du Judo debout sont constituées uniquement de projection (Nage Waza). Ces projections sont réparties en plusieurs catégories :

 

                - Lancements de jambe (Ashi Waza) : 15 mouvements

 

                - Lancements de hanche (Koshi Waza) : 15 mouvements

 

                - Lancements d'épaule (Kata Waza) : 6 mouvements

 

                - Lancements de bras (Te Waza) : 9 mouvements

 

                - Sacrifices (Sutemi Waza) : 15 mouvements

      

      2) Techniques  du Judo au sol

      

     Les Techniques du Judo au sol sont divisées en plusieurs catégories :

 

                - Immobilisations (Katame Waza) : 17 mouvements

 

                - Strangulations (Shime Waza) : 29 mouvements répartis en 2 séries

      

                - Luxations des bras (Ude KwantsetsuKwantsetsu Waza) : 25 mouvements répartis en 5 positions

 

                - Luxations des jambes (Ashi KwansetsuKwansetsu Waza) : 9 mouvements

 

                - Luxations du cou (Kubi KwansetsuKwansetsu Waza) : 6 mouvements

Posté par osotogari à 00:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

maître jigoro kano


 




un des premiers katas

Le but final du Judo est d'inculquer à l'homme une attitude de respect pour le principe de l'efficacité maximum, du bien-être, de la prospérité mutuelle et de le conduire à observer ces principes. (Jigoro kano)

galerie de photo de jigoro kano

27341917_p

27342003_p

l'âge mûr

famille_kano

la famille kano

temple eishoji
lieu de naissance du
judo

27342531_p

27342611_p

               kodokan actuel                                                                        

kano_lecon


les leçons de kano

kano_lecon_judokano_lecon_sur_uki_goshi










Jigoro_20Kano2




7maitres_jujitsu_kodokan_1921

kano et 7 maitres du jujitsu


27342859_p



femme_judoka

jigoro kano et les femmes judokas

kano_visite_new_york






















jigoro kano à new york

y

avec roosevelt


Posté par osotogari à 00:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,


les fondamentaux du judo

La pratique du judo nécessite un ensemble d’éléments fondamentaux et indissociables.

Le dojo

C’est le lieu de pratique. Espace d’étude et de travail, il isole les pratiquants de l’agitation extérieure pour favoriser la concentration et la vigilance, et permet l’organisation de la séance de judo. Au-delà de sa simple existence physique, le dojo est un lien mental et affectif qui unit les pratiquants.

La tenue

Le judogi blanc du judoka est sobre et résistant. Identique pour tous, il marque l’égalité devant l’effort et le travail dans le processus permanent d’apprentissage.

Le professeur

Il est le garant du processus de progression dans lequel il est lui-même impliqué. Il guide l’apprentissage vers la maîtrise technique en s’appuyant sur les principes essentiels et les éléments fondamentaux du judo. Le professeur est un exemple.

Le partenaire

Le judo se pratique à deux partenaires. Le judoka tient compte de l’autre et s’adapte à sa diversité. Il respecte l’esprit de chaque exercice.

Le salut

Le salut est une marque formelle du respect du pratiquant pour le professeur, pour le partenaire, pour le lieu d’apprentissage, pour l’espace de combat. Il ouvre et il ferme chaque phase essentielle de la pratique.

La chute

Aucune projection de judo n’est possible sans un judoka pour l’effectuer et un autre pour la subir. L’acceptation et la maîtrise de la chute sont nécessaires au judoka pour garantir son intégrité corporelle mais aussi ses progrès futurs. La chute est une épreuve mentale aussi bien que physique.

Les bases techniques

L’efficacité du judoka se construit sur l’apprentissage approfondi de postures, de déplacements, d’actions de création et de maintien du déséquilibre du partenaire, de formes techniques fondamentales, de facteurs dynamiques d’exécution. Ce socle commun de connaissances et d’habileté permet à chacun d’élaborer par la suite sa propre expression du judo.

Le randori

Le randori organise la rencontre de deux judokas dans une confrontation dont la victoire ou la défaite n’est pas l’enjeu. L’expérience répétée du randori permet l’acquisition du relâchement physique et mental dans le jeu d’opposition, la mise en application dynamique des techniques acquises, l’approfondissement de la perception dans l’échange avec le partenaire, la compréhension et la maîtrise des différents principes d’attaque et de défense. Il est pratiqué dans une perspective de progression.

Le shiai

Le shiai organise la rencontre de deux judokas dans une confrontation dont la victoire ou la défaite est l’enjeu. Il se pratique au club comme à l’extérieur, contre un partenaire habituel ou contre un judoka inconnu, en fonction des règles prédéfinies qui permettent de juger qui l’emporte. Il n’est pas l’aboutissement de la pratique du judoka. L’expérience répétée du shiai permet l’accession à la dimension tactique et psychologique du combat. Le shiai est une épreuve de vérité, un test mutuel d’ordre technique, physique et mental.

Le kata

Le kata est un procédé traditionnel de transmission des principes essentiels du judo. Il consiste à mémoriser un ensemble de techniques fixé historiquement et à exécuter cet ensemble de façon précise en harmonie avec le partenaire. La forme bien maîtrisée doit permettre l’expression du combat, l’engagement total sur le plan mental et physique des exécutants. Outil de stabilité et de permanence, le kata est un lien entre tous les pratiquants d’aujourd’hui et avec ceux qui ont précédés.

Le grade

Le grade est le symbole d’une progression globale du judoka sur le plan mental (shin), technique (gi) et physique (taï).

La ceinture en est la marque visible, la ceinture noire manifeste l’accession à un premier niveau significatif dans cette progression. Le judoka parvenu au niveau requis doit préparer l’examen de passage de grade suivant : le grade est une reconnaissance et une responsabilité.



Son enseignement s’articule autour de cinq points
majeurs :


Faire attention aux autres

Prendre des initiatives

Agir avec conviction


Savoir s’arrêter à temps

Ne jamais perdre courage.

En définitive, le judo marie les avantages d'une pratique sportive exigeante - avec notamment l'apprentissage très précieux de l'art de la chute - et une démarche de type plus spirituelle où l'on prend progressivement conscience de ses forces et de ses faiblesse.

Une véritable école de la vie !!

Posté par osotogari à 00:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

le code moral au judo


quand on rentre dans un dojo, en dehors du tatami, on trouve la photo de JIGORO KANO et bien sûr le code moral du judo (et du jujitsu)

ce code fait partie de la "carrière" du judoka dés son entrée dans le dojo et dés sa petite enfance et il l'accompagnera tout au long de son sport




code_moral





code_moral_1




La politesse

Si la politesse n'est que conventionnelle, elle n'a qu'une valeur limitée et superficielle. Mais pour le Samourai, le chevalier, elle est d'abord l'expression de sentiment profond, d'égard pour les autres, de modestie pour soi. Elle traduit la tendresse humaine, son désintéressement, son respect pour la valeur ou la faiblesse d'autrui. La codification des gestes du cérémonial de la politesse constitue l'étiquette qui cadre la vie. Cette étiquette enseignée dès le plus jeune âge, permet de discipliner et rend possible les rapports sociaux. Dans les Dojo où cette étiquette est indispensable, elle a la même utilité.


Le courage

Esprit d'audace et d'endurance. Confucius définit ainsi le courage:"Sachant ce qui est juste, ne pas le faire démontre l'absence de courage. Donc, le courage est de faire ce qui est juste".
Courir toutes sortes d'aventures désordonnées, s'exposer sans raisons justes, n'est pas de la bravoure."C'est le propre du vrai courage de vivre quand il faut vivre, et de mourir seulement quand il faut mourir", disait un Maître de sabre.
Un homme vraiment brave garde toujours sa sérénité et sa lucidité. Dans les catastrophes, les dangers, les souffrances, la mort, il garde la maîtrise de soi.


La sincérité

Confucius affirmait :"La sincérité est la fin et le commencement de toutes choses, sans la sincérité, rien n'existerait." L'idéogramme qui signifie sincérité est une combinaison de "Parole" et de "Perfection". Le Bushido tient le mensonge ou l'équivoque pour une égale lâcheté.

L'honneur

Fidèle à la parole donnée. Ayant, par avance, donné sa vie, le Samourai, le chevalier, n'existe plus que par sa valeur, la noblesse de son esprit, la dignité de son état. Le terme honneur exprime cette existence spirituelle.
Toute atteinte à l'intégrité de cet état, donne un sentiment de honte, surtout si elle est due à un écart de conduite. Le sens du déshonneur est ainsi un stimulant pour corriger sa conduite. Au Japon, les enfants sont élevés avec un sentiment aigu de l'honneur, leurs parents manifestent eux mêmes un attachement plus grand à l'honneur qu'à la vie.


La modestie

Comme toute les autres bases du Bushido, la modestie a ses véritables racines dans la sincérité et la vérité. Une modestie, qui n'est qu'une forme extérieure de la politesse, ou une habileté pour se concilier l'opinion, n'est pas la véritable modestie. Une fausse modestie peut être une des formes les plus dangereuse de la vanité ou de la peur.
L'homme vraiment modeste ne désire pas s'abaisser, mais simplement s'apprécier, selon la vérité et la justesse, avec sincérité et honnêteté. La vanité aime plastronner, même si elle proclame une valeur irréelle ou médiocre. Celui qui dit :" je suis modeste", cesse de l'être à cet instant précis. Le culte de la modestie consiste donc, à être conscient de l'immodestie et de la propension à affirmer, à soi-même et aux autres, des valeurs inexistantes ou embryonnaires. Enfin, il est important de savoir apprécier, respecter et aimer les autres et les prendre pour référence.
Il convient d'être particulièrement attentif à la stature du Maître qui accepte de nous enseigner le Judo. L'admiration, la gratitude, la confiance engendre la véritable humilité.


Le respect

Sans modestie aucun respect n'est possible, sans respect aucune confiance ne peut naître. Sans confiance aucun enseignement ne peut être donné, ni reçu.


Le contrôle de soi

Pour un Samouraï, laisser paraître ses émotions sur le visage ou dans ses gestes est un manque de virilité. Un homme doit contrôler et dominer ses affections les plus naturelles. Le calme, le comportement, l'égalité de l'esprit et du coeur, ne doivent être troublés et dominés par aucune passion. Les plus grands drames sont vécus dans le silence. Nul ne voudrait attrister son prochain avec ses propres peines. Quand un homme ou une femme sentent leur esprit ou leur coeur agité et troublé, le premier et instinctif mouvement de pudeur est de pas le manifester. Un jeune Maître disait: "Sens-tu le tréfonds de ton âme remué par de tendres pensées? C'est le moment où la semence germe. Ne le dérange pas en parlant, mais laisse l'oeuvre s'accomplir tranquillement dans le calme et le secret".
Celui qui exprime avec abondance de paroles ses sentiments ne sont ni profonds ni sincères.
Chez le Samouraï, le rire établit l'équilibre rompu, il est le contrepoids à la douleur ou à la colère. La répression des sentiments et des passions ainsi fermement exigée et maintenue, accumule une grande quantité d'énergie. Cette puissante énergie trouve son expression dans l'action, mais une issue de sûreté est donnée par la sensibilité esthétique et l'expression poétique. La perfection de la maîtrise réside dans l'équilibre entre la contention des passions égoïstes et la libération des nobles élans de la nature humaine, purgée de ses étroitesses.


L'amitié

L'amitié est peut être le plus pur des sentiments humains. Vierge de passion, elle est sans doute une des formes les plus altruistes de l'amour. Fondée sur la compréhension, l'estime et la confiance mutuelle, elle permet les échanges humains les plus élevés.
Pour que cette amitié soit authentique, l'homme doit vivre selon les principes du Bushido.

*********************************************************

LA POLITESSE … C’EST LE RESPECT D’AUTRUI



La politesse qu’est-ce que c’est ?

Être « poli », c’est être net, sans aspérités, comme la pierre polie par rapport à une pierre naturelle. Celui qui est poli connaît et applique les règles de comportement qui le rendent agréable, comme une pierre polie dans la main. Mais comment connaît-on ces règles ? On les apprend le plus souvent en famille, et aussi à l’école, au dojo. On les devine aussi, car elles ne sont pas toujours dites.


les règles de politesse

- Marquer une attitude de respect
- Ne jamais élever la voix pour parler, même quand on veut se plaindre.
- Ne pas gêner les autres par notre comportement ou notre tenue.
- N’insulter personne.
- Connaître et respecter les règles des lieux où on se trouve.

Pourquoi être poli ?

Parce que c’est la seule façon d’entrer en contact avec les autres.  Dans le temps, on disait des règles de politesse que c’était les règles du « savoir-vivre ». C’était une jolie expression. La politesse, c’est savoir vivre
avec les autres.

La politesse prépare à autre chose

C’est vrai, la politesse nous donne l’apparence de certaines qualités qu’on n’a pas encore forcément. On peut dire « merci » sans éprouver réellement de la gratitude, ou « excusez-moi » sans se sentir en faute. Mais c’est une discipline et cette discipline est nécessaire pour faire des choses avec les autres. Et à force, on finit par se rapprocher des qualités qui se cachent derrière ces règles de politesse, des qualités qui sont la seule chose qui importe vraiment.

Le salut, une règle de politesse utile.


Il n’est pas toujours facile d’aller faire un combat avec quelqu’un. Quand on est secoué, on s’enflamme, on s’énerve, on se sent traversé par des émotions fortes, agressives. Il arrive qu’on prenne un coup sur un geste maladroit !  Au dojo tout commence et tout finit toujours dans le silence et par le salut. Cela rend les choses plus faciles.

(judo magazine)


*********************************************************


l'amitié c'est le plus pur des sentiments...


a

Stéphanie et moi



Les mots de l’amitié :


- générosité,
- respect,
- découverte,
- communication,
- partage,
- joie.


L’amitié c’est …

- Le plaisir d’aimer ses amis et d’être aimé par eux.
- Un sentiment, mais aussi une responsabilité.
- Une motivation pour devenir meilleur.
- Savoir partager les bons moments mais aussi ceux qui sont moins agréables.
- Savoir être là pour ceux que l’on aime.
- Recevoir et donner.
- Souffrir parfois, mais vivre les meilleurs moments de la vie.

Être un ami, une qualité


Copy_of_DSCN0573

Stéphanie, Marcel et moi



Peut-être te demandes-tu ce que l’amitié vient faire dans le code moral.


Après tout, l’amitié, c’est d’abord un sentiment simple, celui qui nous rapproche de nos camarades préférés, pas un exploit ! Mais c’est que l’amitié n’est pas si facile, du moins l’amitié vraie et pure. La capacité d’être un véritable ami devient une grande qualité et ce n’est pas pour rien qu’elle est à la fin de la liste du code moral du judo : car l’amitié se nourrit de toutes les autres qualités morales. Elle a besoin de politesse, de courage, de sincérité, de contrôle de soi, d’honneur, de modestie, de respect, pour être vécue à la bonne hauteur. Aimer ses amis pour eux-mêmes

Être un ami, ce n’est pas simplement se réunir, avoir un groupe, pour s’amuser ou ne pas être tout seul, mais c’est avoir une véritable relation avec celui que l’on aime bien. Cela veut dire, apprendre à le connaître, communiquer avec lui, compter sur lui et compter pour lui. Pour cela, il faut apprendre à aimer vraiment les gens. Cela demande de la générosité et de la patience et le goût de découvrir vraiment les autres. Ainsi, on apprend à faire la différence entre ceux qui savent plaire aux autres, mais sur lesquels il ne faut pas compter, et ceux qui – parfois moins charmeurs – sont réellement de vrais amis.

Progresser par l’amitié

Il arrive que l’on soit jaloux, envieux, possessif avec nos amis. Parfois, désagréable ou de mauvaise foi. Ce n’est pas une bonne façon d’être un ami et on ne peut pas se faire apprécier beaucoup de cette façon ! Il faut montrer des qualités humaines, « être à la hauteur » pour être un ami vrai. Par exemple, il faut avoir le courage de dire ce que l’on pense à un ami qui se trompe (à notre avis), du contrôle de soi pour ne pas dire des choses blessantes quand on est énervé, le sens du respect des autres pour pouvoir estimer nos camarades pour leurs qualités. C’est dans ces conditions seulement que l’on peut être récompensé par la joie d’une grande amitié. Bien sûr, l’amitié fait parfois souffrir, parce que l’on est déçu ou troublé par quelque
chose, mais la vie serait très vide et très triste sans elle ! Et la force d’une grande amitié, c’est de nous inciter à devenir un meilleur ami, c’est-à-dire plus juste, plus humain, plus généreux, plus sensible aux autres.

Le judo une école de l’amitié !

Le judo est un moyen pour progresser dans nos qualités : on devient plus courageux, plus patient, plus contrôlé, grâce aux exercices du judo et ce sont des qualités précieuses pour être un meilleur camarade. Et en judo, on travaille et on lutte avec les autres, ce qui nous permet de faire de nombreuses et très solides amitiés. Quand on a fait des combats ensemble, on se connaît bien ! Et on s’aime mieux.

(judo magazine)



*********************************************************


sans respect, aucun confiance ne peut naître



Les mots du respect :


- politesse,
- admiration,
- savoir regarder,
- comprendre,
- se mettre à la place,
- reconnaître la valeur.

Le respect c’est …

- Reconnaître la valeur des autres et le manifester dans notre attitude.
- Être poli, et dire notre respect par notre politesse.
- Être modeste pour mieux pouvoir admirer.
- Savoir voir dans les adversaires, les partenaires, d’autres « nous-même ».
- Ne pas penser qu’à soi, se mettre à la place des autres.

Savoir regarder les autres

Avoir pris l’habitude de s’intéresser aux autres, c’est la seule façon de comprendre que les autres ont des qualités qui les rendent respectables. L’attitude généreuse d’un ami qui ne cherche pas à tirer la couverture à lui, la gentillesse d’une vieille dame dont la vie n’est pas facile, ce sont des choses respectables, et pour le voir il faut savoir bien regarder les autres. Et ne jamais oublier que, nous aussi, nous sommes « regardés ».

Admirer

Le respect, c’est une forme d’admiration. Pour admirer, il faut apprendre « à se mettre à la place », et s’interroger sur soi-même. Est-ce que j’aurais fait pareil à sa place ?  On regarde les autres, et l’on admire ce qu’ils font de bien. Voilà le respect. Ce n’est pas forcément de l’amitié, mais c’est la reconnaissance qu’il y a quelque chose de bien qui mérite qu’on le reconnaisse et qu’on le manifeste dans notre attitude.

Se comporter avec politesse

Manifester son respect, c’est être poli. Une politesse qui n’est pas mécanique, comme celle d’un perroquet qui dirait « merci » sans rien ressentir. Être poli par désir de montrer du respect, de dire que l’on comprend et que l’on admire. Qu’on trouve de la valeur à l’autre. Le respect est un beau sentiment, essentiel à la vie.

Le judo est une discipline où la politesse, mais aussi le respect, sont essentiels. Il n’est pas trop difficile d’apprendre à respecter le professeur et nos partenaires d’entraînement, mais il est parfois plus difficile de ressentir et d’exprimer son respect de l’adversaire. Pourtant, c’est là où c’est le plus important ! Celui qui manifeste son énervement, son agressivité déplacée pendant un combat ou au moment de saluer, se dévalorise aux yeux des autres et prouve qu’il n’a pas compris le judo. Un adversaire fort, c’est un judoka qui a travaillé et qui, par son travail, nous aide à progresser nous-même. Il est essentiel de savoir le reconnaître et de montrer notre respect pour cela. Gagnants ou perdants, les plus grands champions savent sa saluer et parfois s’enlacer

avec beaucoup de chaleur et d’un évident respect l’un pour l’autre. C’est le bon exemple.

judo magazine


Posté par osotogari à 00:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

a chaque age son judo

le judo et les enfants


Par une pédagogie adaptée, il est un des meilleur moyens d’expression pour les enfants dès l’âge de 4 ans. Il est même recommandé par le corps médical.

La pratique du judo est adaptée à toutes les tranches d’âge et de morphologie.

La relation avec son partenaire est fondamentale : l’échange, le partage, la collaboration, l’émulation et la progression sont liés.

Le judo permet aux enfants de s’exprimer pleinement dans un contexte ludique.

Il canalise leur énergie et renforce leur caractère. Le judo ignore les différences et permet une pratique pour tous.


BABY-JUDO (4-5 ans, filles et garçons)

Activité d’éveil corporel pour les 4-5 ans, comprenant 3 axes pédagogiques :

locomotion, équilibration et préhension L’apport en termes de concentration et de sociabilisation de l’enfant
est lui-aussi non négligeable.

A cela s’ajoute l’étude progressive et ludique des « brise-chutes » (Ukemis : techniques pour chuter sans se faire mal).

Le baby judo a comme finalité pour l’enfant de :
- Faciliter ses futurs apprentissages du judo, mais aussi des activités sportives et artistiques,
- Le prédisposer à de futures relations sociales de qualité,
- Contribuer à son développement physique et intellectuel.

Le baby judo c’est :

- Inciter l’enfant à explorer librement et s’adapter dans un contexte convivial, attrayant, varié.

- L’accompagner vers la maîtrise d’habiletés motrices fondamentales : l’équilibration, la locomotion, la préhension au travers de pratique multiformes.

- Proposer initialement à l’enfant des activités respectant son besoin de réaliser seul pour l’amener progressivement vers une pratique qui l’implique dans des interactions par deux, de coopération essentiellement et aussi d’opposition.

- Enseigner des règles de « savoir être » en groupe, identifiées dans un code « des bonnes conduites » qui préfigurent le code moral du judo dans le but d’amener l’enfant à une meilleure acceptation de l’autre et établir un climat relationnel de confiance.

L’ensemble des situations d’apprentissage solliciteront de manière privilégiée l’entraide, la réalisation commune, la complicité et le partage.

 



 



JUDO EDUCATIF (6-10 ans, filles et garçons)

A partir de 6 ans et plus.

Début de l’apprentissage ludique des programmes de base de la « Méthode Française d’Enseignement du Judo ».Le Judo canalise alors l’enfant, lui fait prendre confiance en lui, et contribue àélargir son cercle d’amis. Il prend goût au sport et apprend à se connaître.

L’apprentissage du judo s’appuie sur un code moral qui véhicule des valeurs fondamentales qui s’imbriquent les unes dans les autres pour édifier une formation morale universellement reconnue. Le respect de ce code est la condition première, la base de la pratique du judo.

L’apprentissage de techniques de judo, au sol (pour retourner et immobiliser son partenaire) et debout (pour projeter le partenaire) constitueront la trame spécifique de l’enseignement des petits sportifs, après avoir acquis les fondamentaux du "savoir chuter".


JUDO DE COMPETITION OU DE LOISIR (dés 11 ans, filles et garçons)

A partir de 11 ans

possibilité de participer aux « championnats officiels », avec différents niveaux de sélection (niveau départemental, puis régional.

A partir de 13 ans s’ajoutent les « Inter-régionaux ».

A partir de 15 ans, il existe un niveau national).

Basé sur l’utilisation de la force de l’autre, le Judo apprend à se surpasser et donne confiance en soi. L’adolescent se maîtrise mieux.

Posté par osotogari à 00:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

judo et enfants et adolescents

5 BONNES RAISONS DE FAIRE DU JUDO

POUR L’ENFANT ET L’ADOLESCENT


1/ Le passage de l’imaginaire au réel.


« Ils prennent conscience qu’ils ne sont pas invincibles ».

Au quotidien, les enfants de 4 à 6 ans s’identifient aux héros des dessins animés ou des livres.

Par la découverte d’une activité d’affrontement, ils apprennent à franchir le pas entre le réel et
l’imaginaire. Ils prennent conscience qu’ils ne peuvent plus s’identifier à ce héros tout puissant qui peut
battre tout le monde…

En bref, que ce héros invincible n’appartient pas au monde réel !

La chute indolore du 3ème étage est finalement impossible quand on sent l’impact d’une chute de sa propre
hauteur. Cet apprentissage conduit aussi à envisager la défaite, à détruire des fantasmes, à comprendre qu’il y a toujours quelqu’un de plus fort que soi.

2/ La transmission de rituels au fil des générations.

« L’attachement aux racines et aux rituels ».

En Judo, l’attachement à des racines et à des rituels communs attire beaucoup les jeunes
et les adultes, car de nos jours, nous assistons à une quête d’identité, de racines et de références.

Le Judo reconnaît son maître fondateur (Maître Jigoro Kano) et impose dans son enseignement le respect
du « Code Moral » et la transmission des rituels. L’histoire est inculquée au même titre que la
technique. Les élèves les plus avancés dans la pratique sont considérés comme des « exemples »,
gage de la confiance qu’on leur accorde, quel que soit leur âge.

3/ Un cadre avec des règles.

« Des rites qui créent des repères de temps et de valeurs ».

La pratique du Judo fixe des repères et des limites.

Le lieu (le « Dojo ») et l’heure de pratique, la hiérarchie des grades, les devoirs de saluer son professeur et ses partenaires, l’obligation d’effectuer un cours du début à la fin sont autant de règles codifiées qui cadrent l’activité.

Dans le club de judo, la remise de grade respecte des rituels et ponctue les progrès effectués.

Ces notions sont stabilisantes, car si l’enfant peut parfois mal supporter ce genre de
contraintes dans la vie quotidienne (parce qu’elles sont trop strictement imposées ou trop peu
clairement énoncées), il a cette fois-ci choisi et adhère aux règles qui régissent la pratique du Judo !

4/ Parole d’adulte.

« Le professeur transmet».

Les enseignants de Judo sont des « éducateurs sportifs diplômés (Brevet d’Etat) » qui ont
un message à transmettre.

La parole d’un adulte qui sait ce qu’il veut sécurise les personnes qui vivent en permanence avec des proches socialement et affectivement en difficulté, qui ne savent pas toujours ce qu’ils veulent pour eux-mêmes et pour leur progéniture.

5/ Une agressivité dans les règles.


« Ne pas confondre violence et agressivité ».

Les sports de combats sont faits pour exprimer l’agressivité dans un cadre donné sans aller au bout de l’acte. Il ne faut pas confondre violence et agressivité. 

La violence est une expression de l’énergie humaine que l’on transcode socialement, et peut amener à la délinquance.

On ne peut pas affirmer que la pratique des arts martiaux est un remède miracle à cette expression et interprétation de l’agressivité. Néanmoins, la pratique du Judo crée l’opportunité de rencontrer des personnes qui influent sur les comportements, et aussi développe une confiance en soi qui permet de mieux gérer les agressions extérieures.

TEXTE tiré de « H.S KARATE BUSHIDO / N°6 ». D’après les auteurs : Mme Varrot et
M. Rolland, psychologues spécialisés dans les comportements des enfants et adolescents

Posté par osotogari à 00:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

la découverte

decouvrons_ensemble


avant de découvrir le côté pratique du judo, il faut connaître JIGORO KANO, le maître celui sans qui le judo n'existerait pas, pour le connaître cliquez sur sa photo

jigoro

maintenant que vous savez qui est JIGORO KANO, je vous conseille de cliquez sur l'image suivante pour connaître l'histoire du judo et du jujitsu

27385731_p


maintenant que vous êtes incollable faisons la route ensemble au judo

 

On pratique le judo dans une salle appelée DOJO sur un tapis qui s'appelle TATAMI.

la plupart des tatamis mesurent un mètre sur deux. La mousse agglomérée a généralement remplacé la paille tressée d'autrefois. Au niveau des sensations, cela ne change pas grand-chose. Ce tatami doit amortir la chute et proposer une surface ni trop rugueuse, ni trop lisse pour permettre les balayages mais éviter les glissades.

on pratique le judo ou le jujitsu en kimono appelé JUDOGI, c'est un vêtement constitué d'une veste et d'un pantalon en coton épais, la veste est maintenue par une ceinture correspondant au grade du judoka.
On ne marche pas en chaussure sur le tapis, on est pieds nus et quand on sort du tatami on peut porter des chaussons qui s'appellent des ZORI


kimono







zori

ceinture


ceinture de judo et de jujitsu 

(cliquez sur l'image pour en savoir plus)

17911

 


image_7059



Il y a plusieurs couleurs de ceinture

Blanche, jaune, orange, verte, bleue, marron, noire(1e dan au 5e dan), rouge et blanche (6ème ou 8ème dan) et rouge (9ème et 10ème dan)
il existe également des ceintures intermédiaires (blanche-jaune, jaune-orange, orange-verteorange-verteorange-verteorange-verte, verte-bleue, violette) pour faire patienter les judokas trop jeunes.

Les grades (ceintures) sont décernés pour la vie. Jusqu'à la ceinture marron c'est l'enseignant qui valide les grades de ses élèves à partir de la ceinture noire, les grades sont décernés par un organisme de délivrance des grades

La ceinture :

Si votre ceinture est issue d'un rouleau il se peut qu'elle s'effile aux extrémités.
Brûler les bouts de la ceinture afin de les stopper

Votre ceinture se défait sans arrêt
Après avoir fait le nœud habituel, placer les extrémités gauche et droite de la ceinture entre le premier et le deuxième tour de taille respectivement à gauche et à droite. Il est théoriquement impossible  que le nœud se défasse de lui même.


 

 

 

les sandales (zori)

le tatami sur lequel on roule, on tombe et où l'on s'affronte doit être parfaitement propre. On veillera à ne jamais fouler cette surface avec des chaussures. Le judo se pratique pieds nus ! et pour ne pas salir les pieds entre les vestiaires et la salle, il vaut mieux prévoir une parie de sandales !

 


 

le kimono

(cliquez sur l'image pour en savoir plus)

218d_18


Le kimono du judo s'appelle le judogi. Il se compose de la veste (uwagi), du pantalon (zubon) et de la ceinture (obi). Le judogi est blanc pour représenter la pureté. La jupe de l'Uwagi s'appelle suso, les revers eri et les manches sode.


lors de l’achat du judogi, prenez garde à ne pas acheter par erreur un kimono de Karaté car il n’est pas conçu pour résister aux « tractions » multiples du judo.

• PREVOYEZ TOUJOURS UN RETRAIT AUX PREMIERS
LAVAGES
(de manière schématique, les manches devront, après
retrait, arriver au niveau des poignets, le pantalon aux chevilles
et la « jupe » à mi-cuisse).

Ne lavez jamais par la suite le kimono à plus de 30 c° et n’utilisez pas de sèche-linge. Pour les enfants les plus jeunes, veillez à ce que le pantalon soit muni d’un élastique autour de la taille !

Enfin ,faites attention à la ceinture car certaines peuvent déteindre

 

Le pantalon :

Il se peut que votre pantalon soit trop long.
Monter le pantalon aussi haut qu'il faudra pour ajuster la longueur du pantalon puis rouler le haut du pantalon jusqu'à la taille.

Il se peut que le cordon de votre pantalon se désenroule.
Enrouler le cordon dans le pantalon à l'aide d'un épingle à nourrice de façon à obtenir une boucle autour de la taille comme le début de la  mise en place de la ceinture.

Posté par osotogari à 00:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :