18/07/08

histoire du judo

images

histoire du judo et du jujitsu


Les origines du Judo


Au VIe  siècle, une légende raconte l'histoire d'un vieux médecin japonais qui se promenant dans les campagnes enneigées, observa que, sous le poids de la neige accumulée, certaines branches des arbres cassaient, alors que les plus minces étant flexibles pliaient sous le fardeau pour s'en  décharger. Ce médecin comprit l'intérêt que l'on pouvait tirer de  cette "non-résistance" et trouva le principe fondamental du jiu-jutsu, céder pour vaincre.      

A l'époque de la féodalité japonaise, il existait une grande variété d'écoles       enseignant le combat sans armes. Ces écoles gardaient leurs méthodes et    leurs prises secrètes, consistant la plupart dans l'art d'attaquer les  points vitaux du corps par des coups frappés de la main ou des doigts,  d'autres projetaient les adversaires au sol ou encore brisaient les membres. Ces méthodes de combat s'appelaient alors jiu-jutsu, toride, tai-jutsu, yawara,...

Vers le XVIIIe   siècle, ces différents systèmes d'attaque et de défense furent     groupés sous le seul nom de jiu-jutsu. L'introduction au Japon des armes à feu porta un coup à ces écoles. Le jiu-jutsu tomba en décadence, le nombre des pratiquants diminua, à tel point que plusieurs écoles  fermèrent leur portes, faute d'élèves.


"Les katas sont l’éthique du Judo. Dans ceux-ci se trouve l’esprit du judo, sans lequel il est impossible d’apercevoir le but".

JIGORO KANO

images



"Les arts martiaux appartiennent à chaque peuple et chacun l'enrichit de son expérience"


      

     Jigoro Kano


En 1860, naquit Jigoro Kano, qui fut le fondateur du judo actuel.

Dans sa jeunesse, Jigoro Kano, déplorant sa faible constitution, décida d'entraîner parallèlement son esprit et son corps. Alors âgé de 20 ans, élève de l'Université impériale de Tokyo, il eut son premier contact avec le jiu-jutsu. Il s'entraîna sous la direction du professeur Fuduka, puis successivement avec d'autres maîtres. Cette activité fut profitable à son corps à tel point qu'il devint un jeune homme très vigoureux. Maître Kano étudia ainsi toutes les formes de combat sans armes. Il remarqua que ces méthodes, bien que souvent différentes par les moyens employés, visaient toutes au même but et se basaient sur le même principe : "Se servir au maximum de son énergie physique et mentale pour atteindre un but défini". Il composa alors une méthode de combat   faite des meilleures prises de chaque école, supprima les plus dangereuses et celles néfastes au développement harmonieux du corps et y ajouta des techniques personnelles, fruit de son travail incessant. Il illustra et différencia sa méthode de l'ancienne en insistant sur le  fait que la valeur du principe n'était pas seulement valable pour le  combat mais qu'il devait l'être pour la vie de chaque jour.

Le Maître Kano donna à son système le nom de judo qui, par la signification même du mot, marqua la différence avec le jiu-jutsu. Tous deux formés du mot japonais jiu ou ju, se traduisant par céder ou souplesse ; jiutsu voulant dire art ou pratique, et do, "la voie" dans le sens de la méthode ou du principe.

      

      

Jigoro Kano (1860-1938)

      

    Le judo n'était donc plus uniquement un art de combattre mais aussi une doctrine applicable au corps comme à l'esprit. Le judo devint alors un véritable   sport, donnant à ses adeptes le moyen de s'entraîner sous une forme se  rapprochant le plus d'un combat réel; contrairement au jiu-jutsu qui était uniquement une répétition de prises et coups, chacun des partenaires sachant à l'avance la façon d'attaquer et de se défendre.

      

    Le jiu-jutsu ne permettait pas de pratique la compétition.

 

     Le Maître Jigoro Kano fonda, en 1882, à Tokyo, une école pour ce sport. Il lui donna le   nom de Kodokan et y enseigna le judo tel qu'il l'avait conçu. Après beaucoup d'efforts, il supprima presque complètement le nom de jiu-jutsu  et les différentes écoles se rallièrent à son enseignement. De nombreux professeurs furent formés à cette école et le Japon, le monde  entier par après, connurent les bienfaits du Judo.


 

     Arrivé du  Judo en Europe


Le jiu-jutsu fut pratiqué dans plusieurs pays d'Europe aux environs de 1900. En France, il fait son apparition en 1904, et la presse sportive fait un éloge de cet art mystérieux qui consiste à combattre et à vaincre la force brutale. A ce moment, plusieurs professeurs japonais donnaient des cours de jiu-jitsu à Londres. Au mois d'août 1905, une école japonaise de jiu-jitsu est fondée à Paris. Le professeur de culture physique Edmond Desbonnet en est le principal admirateur. Le japonais Miyakie, venu de Londres, enseigne dans cette école une méthode se self-défenseself-défense se rapprochant déjà du judo. En Belgique, une première démonstration est donnée à Gand par des instructeurs de Paris.

             

     Pourtant, malgré bien des efforts, le judo ne parvenait pas à se frayer un chemin parmi les autres sports de combat. Le succès du judo dépendant de son enseignement, notre esprit occidental ne pouvait s'adapter à la méthode d'origine.

 

Les termes  japonais, souvent compliqués à retenir, la classification des       mouvements, contraire à nos principes, ne pouvaient nullement encourager les débutants à poursuivre leurs entraînement.

      

     Mikinosuke   Kawaishi

En 1936 arrivait à Paris un jeune étudiant japonais, M. Kawashi, 4e Dan du Kodokan. Il fonda un club qui s'organisa  doucement et chercha à en fonder d'autres en France.

      

      

Mikinosuke Kawaishi (1899-1969)

      

    Il ne rencontra aucun succès puisque, en 1941, il n'y avait encore que quatre clubs en France. Au cours de ses nombreux voyages dans divers pays, le Maître Kawaishi put constater que le judo que l'on enseignait ne s'adaptait pas au milieu et semblait dépaysé, nulle part, le Judo ne rencontrait le succès auquel il avait droit.

      

     Son expérience en Europe lui donna l'idée de créer une méthode d'enseignement répondant aux nécessités du milieu. Cette méthode, destinée aux européens, est   contenue et enseignée dans plusieurs pays sous le nom de "Méthode Kawaishi". Il n'y a pourtant aucunes différences fondamentale avec le Judo pratiqué au Japon, le maître Kawaishi étant lui-même gradé 7e Dan du Kodokan.

      

   Les seules différences ont pour but de faciliter l'entraînement des débutants. En supprimant   l'obligation d'apprendre les noms japonais de chaque prise, en classant les mouvement par catégorie pour mieux les retenir, le Maître Kawaishi permit à des milliers d'adeptes de connaître les joies saines du Judo.



      

Méthode Kawaishi


      

 La méthode de  Judo mise au point par Maître Kawaishi divise les techniques de Judo en  deux parties fondamentales : Technique du Judo debout et Technique du Judo au sol

      

      1) Technique  du Judo debout

      

             Les techniques du Judo debout sont constituées uniquement de projection (Nage Waza). Ces projections sont réparties en plusieurs catégories :

 

                - Lancements de jambe (Ashi Waza) : 15 mouvements

 

                - Lancements de hanche (Koshi Waza) : 15 mouvements

 

                - Lancements d'épaule (Kata Waza) : 6 mouvements

 

                - Lancements de bras (Te Waza) : 9 mouvements

 

                - Sacrifices (Sutemi Waza) : 15 mouvements

      

      2) Techniques  du Judo au sol

      

     Les Techniques du Judo au sol sont divisées en plusieurs catégories :

 

                - Immobilisations (Katame Waza) : 17 mouvements

 

                - Strangulations (Shime Waza) : 29 mouvements répartis en 2 séries

      

                - Luxations des bras (Ude KwantsetsuKwantsetsu Waza) : 25 mouvements répartis en 5 positions

 

                - Luxations des jambes (Ashi KwansetsuKwansetsu Waza) : 9 mouvements

 

                - Luxations du cou (Kubi KwansetsuKwansetsu Waza) : 6 mouvements

Posté par osotogari à 00:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


maître jigoro kano


 




un des premiers katas

Le but final du Judo est d'inculquer à l'homme une attitude de respect pour le principe de l'efficacité maximum, du bien-être, de la prospérité mutuelle et de le conduire à observer ces principes. (Jigoro kano)

galerie de photo de jigoro kano

27341917_p

27342003_p

l'âge mûr

famille_kano

la famille kano

temple eishoji
lieu de naissance du
judo

27342531_p

27342611_p

               kodokan actuel                                                                        

kano_lecon


les leçons de kano

kano_lecon_judokano_lecon_sur_uki_goshi










Jigoro_20Kano2




7maitres_jujitsu_kodokan_1921

kano et 7 maitres du jujitsu


27342859_p



femme_judoka

jigoro kano et les femmes judokas

kano_visite_new_york






















jigoro kano à new york

y

avec roosevelt


Posté par osotogari à 00:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,